Contenu

Pour un centre-ville rénové

publié le 21 septembre 2015 (modifié le 8 mars 2017)

Longtemps évoquée, la rénovation du centre-ville commence à s’esquisser...
Une réunion publique a permis, en début d’année,d’en préciser le contour concernant, plus précisément, l’un de ses volets : la Zone d’aménagement concerté (ZAC) Centre-Moutier.

Les travaux du métro et la perspective des deux nouvelles stations ; l’îlot Pasteur, le long de la place du marché, avec ses nouveaux logements, ses rez-de-chaussée dédiés au service et sa nouvelle rue ; le percement d’un passage piéton entre la rue Ferragus et la rue du Moutier et les constructions, qui verront le jour aux alentours, dans le cadre de la Zac Centre-ville : par différents projets programmés jusqu’en 2020, le centre d’Aubervilliers va s’étoffer.

Avec, c’est le principe retenu, des interventions en dentelle, dans le respect de l’existant et des caractéristiques du coeur de la ville. Un ensemble de « petites » opérations qui, cumulées, permettront de redonner des atouts et le relief nécessaire à un centre-ville d’une commune de près de 80 000 habitants.
En y ajoutant, c’est complémentaire, la réhabilitation ou la démolition- reconstruction de poches d’habitat insalubre dans le cadre du Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD) dont Aubervilliers bénéficie.

Les débuts d’une ZAC

Rue du Moutier, des signes indiquent que les choses sont d’ores et déjà engagées…
Ainsi, cette percée qui a été réalisée, partant du 31-33 rue du Moutier pour déboucher de l’autre côté, rue Ferragus, à côté du Monoprix.
Le nouveau passage, reliant deux des pôles commerciaux du centre-ville, a ouvert ses portes cet été et une quarantaine d’étals s’y installent les jours de marché.

Ce passage, c’est le premier élément de la ZAC Centre-Moutier.
D’ici quatre ans, et sur deux îlots alentour, environ 200 logements y seront construits ou réaménagés en lieu et place d’un habitat ancien dégradé.

Du logement, mais aussi des surfaces commerciales en rez-de-chaussée (1 000 m²) et la requalification de la rue du Moutier, voilà pour cette opération urbaine, modeste en volumes de construction, mais ambitieuse dans ses objectifs qualitatifs.

Bernard Favé, chef de projet de l’aménageur Deltaville qui travaille pour le compte de la Ville et de Plaine Commune à la réalisation de cette ZAC, l’explique : « Ce programme, comme d’autres opérations, va contribuer à faire respirer davantage le centre-ville.
En impulsant une nouvelle dynamique urbaine sans, toutefois, bouleverser le paysage actuel.
Ainsi, par exemple, la hauteur des nouveaux immeubles sera identique à ce qui existe aujourd’hui.
 »

Faire respirer le centre-ville ?
« A cet égard, le passage Moutier-Ferragus en est l’illustration. On décloisonne et on relie deux pôles commerçants, le marché et la rue du Moutier, pour plus de cohérence et une meilleure animation des lieux. »
On démolira, on reconstruira, mais quid des habitants des quelques immeubles salubres voués à disparaître dans ce secteur ? « Le relogement est assuré, précise Bernard Favé.
56 ménages ont été recensés et 10 d’entre eux ont d’ores et déjà réemménagé. »
Reste à racheter aux propriétaires tous les biens concernés avant de lancer les démolitions-constructions. Des négociations ont été engagées avec la plupart d’entre eux.

Angelina Baldy

Échange public sur le futur du centre-ville

Urbanisme, habitat, commerce… à propos des perspectives de rénovation du centre-ville, les questions étaient diverses dans l’assemblée en mairie qui s’était tenue en début d’année. Les premiers travaux réalisés avec la percée du passage Henri Alleg, entre les rues du Moutier et Ferragus, avait été l’occasion d’un échange concret avec les habitants concernant la future ZAC Centre-Moutier. Cette réunion aura donné quelques clefs de compréhension de projets à venir qui se concrétiseront d’ici 2020. Un retour sur l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et Rénovation Urbaine (OPAH-RU) a été également fait.

Après avoir présenté les éléments de la future ZAC, le maire-adjoint à l’Urbanisme, Silvère Rozenberg, les services de la Ville, de Plaine Commune, et leur aménageur Deltaville ont répondu en détail aux questions des habitants présents.

Résumé des principales questions-réponses

  • Comment a été délimitée la ZAC ?

Le périmètre retenu n’est pas linéaire et ne couvre qu’une petite partie du centre-ville. La priorité a été donnée à la résorption des poches d’habitats les plus insalubres, là où le bâti est très dégradé. Si la programmation de la ZAC Centre-Moutier est d’ampleur moyenne, avec quelques 200 nouveaux logements à venir, elle s’inscrit néanmoins dans une démarche plus large de réhabilitation de l’habitat en centre-ville.

  • Qui finance l’opération ?

Avec un investissement de près de 20 millions d’euros, la ZAC Centre-Moutier sera soutenue par différents financeurs :
L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, organisme d’État finançant des projets urbains auprès des collectivités. 4 millions d’euros de subventions sont accordés dans le cadre de cette ZAC.
Le Conseil général de Seine-Saint-Denis avec 1,2 million d’euros de participation.

La maîtrise du projet est assurée par la Ville d’Aubervilliers et Plaine Commune qui participent à hauteur de 1,6 million d’euros pour la première et de 5,8 millions d’euros pour la seconde. Les cessions de charges foncières (6,5 millions d’euros) et l’apport de terrain par la Ville (656 500 €) complètent le financement.

Les fonds ont été essentiellement affectés à l’achat du foncier, aux démolitions, dépollutions...

  • Quels types de commerces pour la future ZAC ?

La volonté de diversifier l’offre commerciale en centre-ville est souhaitée par la municipalité. Dans et autour du futur passage piéton, l’aménagement de nouvelles boutiques, plus grandes (entre 150 et 500 m2) a été pensé en fonction de cet objectif et devrait permettre d’attirer de nouveaux commerçants sur le secteur. Le Monoprix conserve son adresse rue Ferragus et pourrait s’ouvrir, à terme et avec une deuxième façade, sur le passage.

  • Qu’en sera-t-il de la circulation ?

A l’intérieur de la ZAC et à ses abords, les nouveaux aménagements intègreront des modes de déplacement doux (vélo, marche). La rue du Moutier, voie circulante, sera rénovée en 2020.

  • L’OPAH-RU peut-il permettre de remédier à la dégradation d’une partie du bâti privé ?

La Ville d’Aubervilliers a justement lancé son dispositif OPAH-RU pour aider les propriétaires en centre-ville à financer leurs travaux de réhabilitation. Par ailleurs, son service communal d’Hygiène et de santé et l’UT Habitat interviennent sur les situations de péril et d’insalubrité, avec des moyens d’action en cas de danger manifeste. Par des moyens incitatifs ou, si nécessaire, coercitifs, avec une possibilité de substitution aux propriétaires dans leurs obligations et avec éventuellement engagement de poursuites pénales, la commune et Plaine Commune interviennent donc en direction du parc privé dégradé pour essayer de le faire évoluer qualitativement.